Presse

L'arrangement avec Microsoft laisse le Logiciel Libre sur le carreau

le:

La Commission Européenne a annoncé hier un arrangement préalable avec Microsoft. L'accord est supposé entériner l'enquête antitrust sur la position dominante de la compagnie sur le marché des navigateurs Web. La Commission est également prête à parvenir à un accord sur l'interopérabilité, le but étant de permettre à des produits concurrents de fonctionner avec les applications de Microsoft sur le bureau.

La FSFE félicite la commissaire Neelie Kroes et la Commission Européenne pour leurs efforts afin d'apporter davantage de concurrence au marché européen du logiciel. Bien que contraintes par le temps, les négociations sont parvenues à un meilleur accord que les propositions antérieures de Microsoft.

Alors que la FSFE, en tant que défenseur inébranlable de la liberté du logiciel ces sept dernières années, a contribué à apporter quelques améliorations sur les détails de l'écran de sélection du navigateur; le nouvel accord proposé par Microsoft ne répond pas aux préoccupations légitimes de la communauté du Logiciel Libre.

Le Président de la FSFE Karsten Gerloff déclare : « Dans sa forme actuelle, la proposition de Microsoft contient de nombreux échappatoires pour cette entreprise monopolistique déjà condamnée. L'absence de système de contrôle laisse les projets de Logiciel Libre en marge. Microsoft ne s'engage ni à adhérer aux standard du Web dans le futur, ni à mettre fin à son habitude d'ajouter des extensions propriétaires aux standards. »

Afin de repousser une autre possible enquête de la Commission Européenne, Microsoft a promis de laisser les programmes concurrents fonctionner avec quelques unes de ses applications de bureau comme Outlook et Sharepoint. Cependant les projets de Logiciel Libre, qui sont souvent les meilleurs concurrents aux solutions de la compagnie, ne pourront pas utiliser la licence-brevet proposée par Microsoft.

Le conseiller juridique de la FSFE Carlo Piana dit : « Nous sommes déçus que les problèmes majeurs pour le Logiciel Libre et d'autres concurrents innovants ne soient pas soulevés. La mise en vigueur de cet accord est hors de leur portée. C'est une occasion manquée d'innover dans la lutte antitrust. »

Dans les semaines à venir, La FSFE va analyser l'engagement de Microsoft en détails et transmettre son appréciation à la Commission. Notre objectif est d'aider à bâtir un accord durable pour un avenir d'interopérabilité et de concurrence.