Press

La FSFE décorée de la médaille Theodor Heuss — « Une association avant-gardiste »

le:

La Free Software Foundation Europe (FSFE) reçoit la médaille Theodor Heuss 2010 pour son travail extraordinaire en faveur d'une participation équitable de tous à la société de l'information. Depuis l'an 2000, la FSFE se dévoue aux libertés d'utiliser, d'analyser, de modifier et de redistribuer les logiciels dans tous les domaines de la société et de la politique. La fondation Theodor Heuss indique : « la FSFE est une association d'avant-garde qui contribue au développement et à la mise en place de règles pour une bonne gouvernance mondiale. »

« Le Logiciel Libre est une composante indispensable à une société libre à l'ère du numérique. Il assure à tous un accès égal à la société de l'information » commente Karsten Gerloff, président de la FSFE, à propos du prix.

« Un petit groupe de personnes en avance sur leur temps ont fondé la Free Software Foundation Europe en novembre 2000. Ils ont travaillé à ce succès sans relâche et au prix d'un investissement personnel considérable », précise M. Gerloff. « Une reconnaissance particulière va à l'initiateur de la FSFE, Georg Greve, ainsi qu'au cofondateur Bernhard Reiter. Georg Greve a pris des risques personnels importants pour faire décoller l'association et l'a présidée jusqu'en 2009. Pendant de nombreuses années, Bernhard Reiter a, pour sa part, fait de l'équipe allemande une des plus fortes d'Europe. »

« Nous avons fondé la Free Software Foundation Europe pour être un organisme indépendant se battant pour la liberté de la société à l'ère du numérique. Notre travail concerne à la fois la liberté de ne pas être surveillé et ”fliqué” en permanence comme la liberté d'initiative personnelle sous toutes ses formes », explique Georg Greve. « Depuis le tout début, l'association a opté pour une vision à long terme, des changements durables et viables, et une répartition de la charge de travail sur de nombreuses personnes. »

« Depuis le départ, nous avons conçu l'association pour qu'elle travaille indépendamment de toute personne », ajoute Bernhard Reiter. « Nous voulions que la FSFE accompagne les changements de la société dans les décennies à venir. Aujourd'hui, la FSFE est soutenue et protégée par de nombreuses personnes. »

Matthias Kirschner, le coordinateur allemand de la FSFE, commente : « La médaille revient à tous ceux qui ont contribué au succès de la FSFE au fil des années, avec des initiatives considérables et une grande dévotion personnelle. Mais il y a encore bien plus à faire dans un monde où le logiciel est partout. Notre travail concerne de plus en plus de gens, des Nations Unies jusqu'à nos portes. Pour cette raison, nous avons besoin d'un soutien large et varié. Les contributeurs sont toujours les bienvenus ! »

À propos de la fondation Theodor Heuss

La fondation Theodor Heuss dépasse le cadre des partis et porte le nom du premier président de l'Allemagne (en poste de 1949 à 1959). Après sa mort, la fondation fut créée par Hildegard Hamm-Brücher, son fils Ernst Ludwig Heuss et quelques amis, en souvenir des accomplissements politiques de Theodor Heuss, comme exemple d'engagement social, de courage moral et de dévotion à la promotion de la démocratie. La fondation cherche « à attirer l'attention sur quelque chose qui a été formé dans notre démocratie, sans être achevé » (Carl Friedrich v. Weizsäcker, 1965). Le prix Theodor Heuss est remis chaque année à des personnalités importantes et à des organisations qui œuvrent dans ce but.