Lettre d'information

Lettre d'information de la FSFE – Juin 2010

Le mois de mai fut bien rempli, pour la première fois nous avons participé à un grand évènement organisé dans une église pour informer les visiteurs à propos du Logiciel Libre. Nous avons analysé l'Agenda numérique de la Commission Européenne et il y a eu du nouveau sur les formats vidéo libres.

Mais pourquoi travaillons-nous sur ces choses ? Parce que c'est important pour la société. Aujourd'hui, le logiciel est partout : sur nos bureaux, nos ordinateurs portables, nos téléphones mobiles, mais aussi dans les voitures, les trains, les télévisions, les réfrégirateurs – tout objet complexe qui vous vient à l'esprit. Les logiciels ne sont pas juste des outils ; ils sont partout et vont devenir encore plus importants dans le futur.

Contrôler un logiciel signifie avoir du pouvoir. Celui qui contrôle le logiciel décide ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire avec. En démocratie, nous séparons et distribuons le pouvoir entre différentes personnes. Le contrôle du logiciel, comme outil si puissant dans notre société, doit être également distribué. Si de plus en plus de parties de notre vie sont contrôlées par les logiciels, les logiciels doivent être libres.

Ce mois-ci, nous avons reçu la médaille Theodor Heuss précisément pour ce travail accompli pour la société. La fondation Theodor Heuss, non partisane, fut nommée en hommage au premier président de l'Allemagne. La fondation veut « amener l'attention sur quelque chose qui doit être fait dans notre démocratie, mais qui n'est pas terminé » (Carl Friedrich v. Weizsäcker, 1965). Le prix Theodor Heuss est donné annuellement à des personnes et des organisations qui se sont distinguées dans ce domaine.

Cette récompense donne aux partisans du Logiciel Libre une reconnaissance en dehors du cercle habituel des logiciels. Elle montre qu'une fondation connue des politiques s'accorde pour dire que le Logiciel Libre est un bien pour notre société et que la FSFE fait un bon travail. Cela ouvre des portes pour atteindre une audience plus large, y compris des politiciens. À la cérémonie, Bernhard Reiter, Björn Schießle, Georg Greve, Karsten Gerloff, d'autres fellows et moi-même avons discuté avec beaucoup de personnes intéressées politiquement et venant de milieux différents (voir [1] [2] [3]).

Élargir notre public À propos d'audience plus large, pour la première fois nous avons participé au jour œcuménique à Munich, en Allemagne. Bien que nous avions déjà donné des présentations à des évènements dans des églises auparavant pour expliquer les valeurs du Logiciel Libre, c'était une expérience tout à fait nouvelle que de participer à un évènement de cette taille avec 130 000 visiteurs. Thomas Jensch a organisé un stand partagé avec l'association KDE pour expliquer aux participants pourquoi ils devraient se soucier du Logiciel Libre en tant que chrétiens (voir [4]).

Standards ouverts et politique Les Standards ouverts sont importants pour faciliter la migration vers les Logiciels Libres. Ce mois-ci, la Commission Européenne a publié son Agenda numérique. Il est de bon augure que la Commission prévoit de donner aux standards et aux normes un rôle plus important dans les appels d'offres publics de logiciels, ainsi que d'obtenir des fournisseurs dominants de placer sous licence leurs informations d'interopérabilité, ouvrant ainsi le marché aux fournisseurs de Logiciels Libres. Cependant, la Commission Européenne y évite toute référence aux Standards ouverts ainsi qu'au Logiciel Libres, alors que les États membres avaient établi ces objectifs pour la Commission dans les déclarations de Grenade et de Malmö. Au lieu de cela, la Commission renvoie vers le Cadre Européen d'Interopérabilité. Ce document est systématiquement vidé de son sens, comme le montre l'analyse de la FSFE [5]. Nous avons montré que la Commission Européenne doit adopter une définition stricte des Standards ouverts, suivant la logique du premier Cadre Européen d'Interopérabilité (EIF) et que la Commission a besoin de se concentrer sur les Standards ouverts pour le secteur public afin de permettre au potentiel du logiciel libre de s'épanouir pleinement pour l'innovation Européenne (voir [6]).

Formats vidéo ouverts Bonne nouvelle à propos des formats vidéo ouverts ! En mars, notre organisation sœur, la FSF, ainsi que l'organisation associée, la FFII, ont demandé à Google de libérer le codec vidéo vp8 et de l'utiliser sur YouTube. Ce mois-ci Google a annoncé qu'il va le faire. À partir de maintenant, chacun pourra utiliser un Logiciel Libre pour jouer et encoder le nouveau format WebM. « WebM est basé sur le conteneur Matroska – remplaçant Ogg – et le codec vidéo VP8 qui remplace Theora. Fondamentalement, le codec audio Vorbis fait partie de la spécification de WebM. » (voir [7] et [8]).

Une autre bonne nouvelle : depuis quelques jours les nouvelles de la chaîne allemande ARD sont disponibles au format Ogg Theora. Après la station de radio publique Dradio, qui diffuse ses programmes en Ogg Vorbis, vous pouvez désormais regarder tagesschau avec du Logiciel Libre [9] sans avoir à installer le plug-in propriétaire Adobe Flash (voir [10]).

Activez-vous ! Nous dépendons de l'aide de nos multiples volontaires pour évaluer les sujets actuels. Si vous voulez aider le Logiciel Libre en Europe veuillez vous inscrire à nos listes de diffusion publiques [11]. Vous êtes plongé dans un sujet comme les formats vidéo ouverts ? Vous trouvez un article intéressant à propos du Logiciel Libre ? Vous pensez que nous avons oublié un point important ? Vous voulez donner votre avis sur cette lettre d’information ? Activez-vous et partagez cette information avec d'autres partisans du Logiciel Libre sur discussion@fsfeurope.org.

Cordialement,
Matthias Kirschner– FSFE

--
Free Software Foundation Europe
FSFE – Nouvelles
Prochains évènements de la FSFE
Agrégation des Blogues de la Fellowship
Discussions sur le Logiciel Libre