empowering users
to control technology

Lettre d'information

FSFE Newsletter – Novembre 2014

Par  le  

À Munich, la réalité dépasse la fiction !

La ville de Munich utilise des Logiciels Libres sur plus de 15 000 ordinateurs, ce qui lui a permis d’économiser 11 millions d’euros. Lors de la migration vers les Logiciels Libres, la ville a rationnalisé son environnement informatique dans 51 lieux, avec 1 000 informaticiens et 22 services informatiques ; un véritable défi. Malgré les difficultés inhérentes à un tel changement, la plupart des utilisateurs sont heureux du résultat et ne veulent pas revenir en arrière (en allemand). Et tout cela s’est passé sous la fenêtre du siège allemand de Microsoft.

Si vous n’aimez pas le succès que rencontrent les Logiciels Libres à Munich, que pourriez-vous faire ? Vous pourriez jouer sur l’affectif et propager des rumeurs impliquant les informaticiens de Munich, pour dire d’eux qu’ils ne s’occupent pas des demandes de leurs utilisateurs et sont déconnectés des besoins du terrain. Évidemment, vous devriez rester vague et guetter la réaction des quelques personnes qui ne sont jamais contentes. Ce serait un moyen facile pour discréditer la démarche et les efforts qui l’accompagnent. De fait, c’est ce qui s’est passé à Munich ces derniers mois avec le nouveau maire, Dieter Reiter (du SPD, parti social-démocrate) et son adjoint, Josef Schmid (du CSU, parti démocrate-chrétien). Certains commentateurs ont spéculé que ces annonces étaient liées au déménagement du siège social de Microsoft de Unterschleissheim à Munich, Reiter indiquant qu’il a favorisé cette décision (en allemand). Comme Microsoft était l’entreprise qui payait le plus d’impôts à Unterschleissheim (en allemand), Munich bénéficiera de cette relocalisation.

Mais ils semblent avoir sous-estimé le succès des Logiciels Libres à Munich. Dans leurs propres partis, des experts de l’informatique ont élevé la voix pour les corriger (en anglais). Par ailleurs, d’aucuns ont levé les lièvres qui se cachaient sous leurs déclarations. Le maire et son adjoint se retrouvent isolés, leurs propos ne valant qu’en leur nom propre. À Munich, le soutien politique à GNU/Linux est puissant, en grande partie dû aux économies que la ville tire, et continuera à tirer, de l’utilisation de GNU/Linux, de LibreOffice/OpenOffice et de l’environnement de bureau KDE. Si les Logiciels Libres résistent à une campagne diffamante à leur égard, poussée par le maire et son adjoint, cela démontre toute leur pertinence. Chers utilisateurs des Logiciels Libres, soyez-en fiers et passez le mot ! Ne vous endormez pas pour autant : la prochaine attaque sera plus subtile.

Une politique de Standards Ouverts au niveau européen

Mais la réponse à la question formelle inclut un autre point essentiel : le problème lié au format des documents. Le responsable informatique de Munich révèle qu’au début de leur migration, l’État avait souligné l’importance des Logiciels Libres ainsi que des Standards Ouverts, mais qu’ils n’ont pas avancé sur ce sujet depuis.

Contrôles de conformité aux Standards Ouverts

Si tout commence lorsque les institutions actent des politiques d’utilisation de Standards Ouverts, il est important de vérifier qu’elles soient appliquées. En 2010, à l’occasion du Document Freedom Day, nos Fellows de Cologne et de Bonn ont vérifié auprès des administrations fédérales qu’ils pouvaient recevoir, éditer et renvoyer des documents ODF, comme l’exige une circulaire. La FSFE a constaté que seuls deux des quatre-vingt-sept départements se conforment à la circulaire sur les documents ouverts. Cela souligne l’importance de se montrer persévérants et de suivre la mise en œuvre de telles politiques. À cette occasion, vous trouverez dans Soyez actifs une suggestion quant à ce que vous pouvez faire en quelques minutes pour aider cette cause.

Par ailleurs…

Soyez actifs : Répare mes documents – ODF dans les administrations européennes

Les institutions européennes ont encore beaucoup à faire pour enlever les barrières aux utilisateurs de Logiciels Libres. Avec l'Open Forum Europe (OFE), votre éditeur a participé à une réunion avec les responsables informatique de la Commission, du Conseil et du Parlement sur ce sujet. Nous avons discuté de notre lettre sur les formats vidéos et de notre campagne FixMyDocuments.eu. Cette campagne avait été commencée par l'OFE pour aider les institutions européennes à implémenter leur décision de soutien aux formats Open Document. Des volontaires de la FSFE ont déjà traduit le site en plusieurs langues, mais il est maintenant temps pour chacun de vous d'agir.

Nous aimerions que vous trouviez des institutions européennes qui proposent des formats non libres sur leur site, sans proposer aussi une version de ces documents en ODT, et que vous les soumettiez.

De plus, OFE encourage et soutiendra tous ceux qui souhaiteraient utiliser la plateforme pour couvrir d'autres administrations.

Merci à tous les volontaires, les Fellows et les donateurs qui rendent notre travail possible,
Matthias Kirschner - FSFE